Association Valloire Nature Et Avenir (VNEA)

Accueil Remonter Contact Liens Livre d'or

Béton Défectueux
Les Verneys Les Choseaux Le POS/PLU La Défiscalisation Inondations Béton Défectueux

 

    

 

Pas d'évolution depuis Février 2016:  Béton Défectueux :  Les trois chalets Odalys aux Charbonnières qui étaient touchés par cette malfaçon ont été détruits  (soit environ 400 lits) en 2010. Deux nouveaux chalets ont été reconstruits à l’automne 2010.  Le dernier l'a été en 2011.   Le dernier point noir à résoudre sera donc la station d'épuration qui se trouve dans la vallée prés de Saint Michel de Maurienne.  Des études sont toujours en cours pour évaluer les responsabilités pour cette dernière. On s'achemine donc petit à petit vers une clôture de ce dossier.

Décembre 2009:  Deux chalets privés touchés par le béton pourri ont déjà été reconstruits. Il reste donc les trois chalets Odalys aux Charbonnières. Ces chalets sont inhabitables. Leur démolition est maintenant prévue début 2010. Elle va entrainer des coûts importants puisque les gravats devront être transportés dans des décharges spécifiques à Lyon ou à Saint Etienne. Les frais dépassent le million d’euros !

A cela, il faut ajouter la centrale d'épuration de la communauté de commune. Celle-ci va être  doublée par une station équivalente avant d’être démolie.

Mai 2008:   Il est maintenant établi que trois bâtiments de particuliers sont touchés à Valloire (un bâtiment à l'Archaz, un autre dans le centre de Valloire et une grange rénovée au Col.  Le télésiège des Grandes Drozes, dont les fondations étaient défectueuses a été démonté durant l'été 2007 le temps de les refaire.  Sinon, la rumeur persiste toujours: les 3 chalets d'une résidence de tourisme des Charbonnières vont être démolis et reconstruits (ce serait les  3 bâtiments sous la ligne haute tension en haut à gauche). Un autre bâtiment aux Charbonnières victime d' un glissement de terrain a eu ses fondations consolidées. 

Affaire du béton défectueux (pourri) (02/12/2006)

Les faits: De Mars 2004 à Août 2004, les deux usines de production de béton du groupe Vicat en  Maurienne, ont produit du béton à partir de granulats accidentellement pollués par du gypse.  Or le gypse aime l'eau. Il fait  progressivement gonfler le béton qui devient ainsi friable et perd ses propriétés mécaniques! 

Conséquences: plusieurs constructions réalisées en Savoie il y a deux ans à partir de ce béton sont malheureusement bonnes pour la démolition.  Pour l'instant n'ont été officiellement signalées que deux résidences de vacances dans la station de Valmeinier ("Les hauts de Valmeinier" et "Le grand panorama" soit 800 lits) ainsi que des équipements de voirie (chaussée, lampadaires....) à Saint Jean de Maurienne. La liste exhaustive des autres constructions concernées  n'a pas été publiée.

Ce que nous en pensons: Sans vouloir alimenter tout vent de panique mais aussi sans vouloir nous voiler la face, nous pensons qu'il n'y a aucune raison que les dégâts se limitent à quelques bâtiments. Il est possible que d'autres constructions réalisées pendant la période incriminée en Maurienne seront également touchées et cela à plus ou moins long terme. Les usines à béton en question sont les seules sur la vallée et elles ont donc probablement alimenté la plupart des chantiers en toupies. A suivre.

Pour ce qui est des Charbonnières, la rumeur court que plusieurs bâtiments et leurs parkings seraient touchées  également. A notre connaissance, il s'agit d'un autre problème. Les fondations d'une résidence aux Charbonnières ont été complètement reprises l'été 2007 par l'entreprise Truchet.  En ce qui concerne la résidence des chalets du Galibier 2 qui a été construite à l'époque incriminée, la rumeur n'était pas apparemment fondée puisque le béton a été fait localement par Eiffage.

En attendant, même si nous sommes opposés à l'essor immobilier en cours ces dernières années, nous déplorons cette calamité et nous compatissons avec tous les  propriétaires individuels d'appartements et de chalets qui sont directement touchés. Ce sont eux qui sont sinistrés  pour l'instant et pas les promoteurs. La bonne nouvelle est que le fournisseur de béton a assuré qu'il assumerait ses responsabilités. Ceci dit, il faut voir dans la réalité comment se dérouleront les opérations d'indemnisation.

Nous pensons aussi qu'il serait souhaitable qu'il y ait une plus grande transparence dans cette affaire. Pourquoi ne pas publier immédiatement la liste exhaustive des constructions potentiellement impactées et, au fur et à mesure de leur terminaison, les rapports d'avancement des expertises commanditées pour connaître la réalité des malfaçons? 

 Vous pouvez également suivre le développement médiatique de cette affaire du "béton pourri" en section revue de presse.

 

Envoyez un courrier électronique à contact@vnea..net (en enlevant un point avant net) pour toute question ou remarque concernant ce site Web.
Dernière modification : 14 Juillet 2014